• Flammagories, Collectif - Editions Argemmios

     

     

     

    Flammagories, Collectif - Editions Argemmios

    • Titre: Flammagories
    • Auteur: Collectif
    • Editions: Argemmios
    • Pages: 242
    • ISBN: 978-2-9530239-4-7
    • Prix: 18€

     

     

     

    Flammagories, Collectif - Editions Argemmios

    Ici gît...

    Votre âme d’enfant, votre esprit saint, votre vision des choses.

    Ici gît...

    Le souvenir d’autres vies, d’autres lieux, d’autres époques.

    Ici gît...

    Le futur oublié, le passé à venir, le présent incertain.

    Flammagories est un ouvrage collectif. Quatorze auteurs transportés par une musique ensorcelante, quatorze auteurs créant de concert afin de rendre hommage à l’une des plus belles compositions de Nicholas Lens. Au gré de leurs récits, vous croiserez des dragons, des héraults, des monstres et des I.A. sans âme, des chimères et légendes. Vous partagerez la poésie, les rêves et cauchemars que leur a inspiré Flamma Flamma, le Requiem du Feu.

    Vous qui lisez ceci, ouvrez les portes, remplissez vos esprits.

    Ici gisent...

    Des vies.

     

    Flammagories, Collectif - Editions Argemmios

     

    J’ai eu l’honneur de découvrir la maison d’édition Argemmios par le recueil de nouvellesFlammagories.

    Bruno Peeters nous explique que chaque nouvelle correspond à un extrait musical de l’œuvre Flamma Flamma de Nicholas Lens, compositeur qui aime lier la notion de vie à celle de la mort. C’est ainsi que nous ouvrons les portes de recueil…

    Nous commençons tout d’abord avec Hic Iacet I, de Jean-Michel Calvez, qui défend les idées qui lui tiennent à cœur à travers ses écrits fantastiques et de science-fiction. Cette nouvelle suit l’inspiration de l’extrait musical qui fait écho au massacre du Rwanda.
    C’est ainsi que nous allons rencontrer la petite Kihali, qui erre dans son camp. Nous la suivons dans sa recherche de Petit-Frère, et allons alors nous rendre compte au fil des lignes de l’horreur qui règne, et voir dans quelles conditions les enfants, ou même les adultes, doivent vivre après ce massacre. Nous sentons la tristesse, la détresse de chaque individu, qui essaye de survivre et de protéger les proches qui restent. Petit-Frère a beaucoup souffert de la perte de ses parents et nous allons ensuite entrer dans sa tête, et voir à sa manière… Une nouvelle forte et émouvante, qui inspire l’horreur, le dégoût mais aussi la puissance de l’amour d’un enfant pour ses parents, le désespoir d’une sœur qui ne peut aider son frère…

    Nous continuons avec la nouvelle de Jess Kaan, Hic Iacet II, qu’il a écrit dans un état presque second. Cette nouvelle nous emporte dès les premières lignes dans un monde magique, pour ensuite alterner avec le monde réel. Nous nous prenons alors très vite pour les deux personnages principaux, issus chacun d’un monde différent : Dylan, un jeune garçon battu par son beau-père, et l’ange… Ils vont tous les deux s’entre-aider. Il est difficile de parler de cette nouvelle sans trop en dévoiler ; cependant, celle-ci m’a totalement envoûté, grâce à cette écriture légère et magique… Un conseil ne la loupez pas !

    Nous enchainons avec Sumus Vicinae de Xavier Sollo, qui a été entrainé par ce morceau pour créer cette nouvelle tellement… bizarre. Oui, je ne trouve pas d’autres mots pour la décrire. Nous allons suivre notre héros dans une histoire plus qu’extravagante. Une histoire bien trouvée, avec des idées vraiment très marrantes, qui m’ont même poussé à regarder si rien n’était inscrit sous mon pied. Nous avançons peu à peu dans ce monde que nous essayons d’imaginer, mais qui est complètement farfelu, tout à l’image de cette nouvelle. Un vrai petit plaisir !

    Et là, nous arrivons sur la nouvelle de Lionel Davoust, qui se nomme Tegite Specula. Cette nouvelle est un véritable petit coup de cœur ! Je me suis sentie totalement inspirée dans cette histoire qui commence d’une manière assez spéciale et intrigante, et qui commence à prendre forme petit à petit. J’ai tout de suite adhéré à la Freiherrin qui, je trouve, à une personnalité vraiment remarquable et qui ne laisse pas indifférent. Puis nous sommes entraînés dans l’espoir de parler avec un esprit… mais pas seulement ! Cette nouvelle est un véritable nid de surprises plus agréables les unes que les autres. L’auteur a su manier les mots pour nous emporter dans cette somptueuse mélodie…

    Le recueil se poursuit par Complorate Filiae de Julien Fouret, un auteur qui promet des merveilles. Effectivement, nous sommes tout de suite emportés à Paris, mais pas notre Paris, quelque chose de bien différent. Cette image futuriste fait froid dans le dos. Et pourtant, notre héroïne est très touchante. Nous sommes propulsés dans cet univers incroyable où se trame une histoire des plus émouvantes, et que l’on peut facilement imaginer. Cette nouvelle très courte est pourtant très bien travaillée et finie. Un gros coup de cœur !
    Après cela, nous faisons la connaissance de la sorcière Khocedabam, dans Vale Frater de Nathalie Dau, fondatrice des éditions Argemmios et passionnée de contes et légendes.
    Nous entrons très facilement dans cette histoire, sûrement grâce à la présence d’une sorcière, qui nous rappelle tant nos histoires d’enfance. Forcément, nous voyons dès le début la présence de cette méchante sorcière, et bien évidemment d’un gentil… Nous allons donc suivre cette petite aventure, et je dois dire qu’elle est bien plus que surprenante ! L’auteur m’a bien eu, et ce jusqu’à la fin ! Tout est parfaitement bien monté pour guider le lecteur aveuglément. Une très bonne performance de l’auteur. Décidément, les bonnes nouvelles s’enchaînent !

    Le recueil se poursuit avec la nouvelle de Olivier Gechter, premier auteur à avoir rejoint le projet Flamma, qui se nomme Amice Mi. Cette nouvelle est très déstabilisante, nous voyons un homme qui parle avec passion de son meilleur ami ; puis nous découvrons à notre tour ce « meilleur ami » qui lui est terrifié à la pensée de voir son ancien ami… Cela est vraiment très perturbant, ce contraste de sentiments… Et pourtant, tout s’éclaircit très bien par la suite ! Encore une fois, une nouvelle agréable à lire !

    Nous enchaînons sur une nouvelle qui m’a un peu déstabilisé. Effectivement, le principe est vraiment bien trouvé, l’histoire bien racontée, cependant, j’ai un peu de mal avec tout ce qui est robot, et j’ai donc eu un peu plus de mal que les autres à accrocher. Cependant, il faut reconnaître qu’une bonne morale se cache derrière cette nouvelle, et que ce n’est donc qu’une question de goût en ce qui concerne Corpus Inimici de Vincent Corlaix, l’auteur qui a eu l’idée de ce sublime recueil.

    Nous arrivons sur Deliciae Meae écrit par Lucie Chenu, qui malgré le fait qu’elle soit très courte, est très envoûtante et poétique. C’est une nouvelle qui vous emporte dans sa douce mélodie, qui vous donne des frissons, mais aussi de grande bouffée de chaleur. Un univers magique avec la présence de roi, de prince et d’autres choses fascinantes. Bref, encore une fois, un petit coup de cœur !

    Puis, apparaît Flamma Flamma de Nico Bally, qui a été entraîné dans l’aventure par Lucie Chenu, une nouvelle elle aussi très courte, et extrêmement étrange, perturbante même. Tout parait un peu flou, un peu rapide, nous nous retrouvons dans cette ambiance froide, de cette famille étrange, qui vit la perte d’un père, le combat d’un héritage… Nous nous retrouvons perdus, tout comme la narratrice. L’auteur a su nous mettre parfaitement dans l’atmosphère qu’il désirait.

    Delphine Imbert nous emporte alors dans un monde merveilleux, avec Ave Ignis ! Ceci est une nouvelle qui m’a permis de m’envoler loin de ce monde. Il est très facile de s’imaginer chaque scène de cette nouvelle de manière claire, d’entendre le chant, de voir la danse de la Voix. Il y a la présence de cet homme, qui admire, qui observe, qui manigance on ne sait quoi… Nous restons sur notre faim… A nous d’imaginer la suite !

    Cela nous entraine auprès de la sorcière Anshung, que je prenais d’abord pour une de ces sorcières maléfiques, que la jeune Anya allait tenter d’approcher… Nous commençons donc avec ce sentiment d’angoisse qui nous prend au creux du ventre… Pour finalement, sentir un soulagement lorsque l’on apprend que Anshung accepte la jeune fille comme apprenti… J’ai tellement été prise dans cette nouvelle que j’ai été déçu qu’elle se finisse, j’aurai bien vu tout un roman sur l’idée de cette nouvelle, avec plus de détail, des passages plus long… J’ai finalement adoré les deux personnages de ce livre, avec la tristesse de la fin, ou pas… avec ce In Corpore, je peux donc dire que je n’hésiterai pas à suivre les écrits de Lydie Metayer qui m’a envoûté par son écrit. Mon GROS coup de cœur !

    Et voilà que Jean Millemann débarque avec Agnus Purus, une nouvelle qui m’a tout d’abord vraiment plu, cet amour passionnel, cette fusion de deux êtres qui s’aiment, cette douceur, ce bonheur… Pour virer au drame… Cette nouvelle m’a retourné par sa cruauté, par cette désillusion qui se crée en nous… Un véritable retournement de situation qui ne laisse pas indifférent.

    Nous finissons en toute beauté avec Ardeat Ignis de K’van, elle aussi passionné par l’univers fantastique. Elle nous entraine dans un voyage vers la mort. Nous sommes emportés dans les différentes émotions qui peuvent nous envahir dans ce moment mystérieux. J’ai trouvé étonnant de voir à quel point l’auteur a su retranscrire avec tant de force et simplicité cette phase de la vie qui nous est inconnu à tous. Ce moment où l’on peut tout inventer car personne ne sait. Le recueil finit donc en toute beauté !

    Ce recueil a donc été pour moi un véritable délice d’émotion. Vous l’aurez vu, j’ai utilisé beaucoup de fois les mots envoûter, emporter, car oui, j’ai voyagé avec ce livre. Je n’ai pas encore eu la chance d’écouter les musiques qui correspondent à chacune de ces nouvelles, mais je prendrai le temps de le faire, afin de m’imprégner de la musique et de l’histoire à la fois.
    En plus, d’une très belle sélection de texte, écrits par des auteurs inspirés et imprégnés par une musique , il est vraiment agréable d’avoir une petite biographie de chacun des auteurs à chaque début de nouvelles, avec quelques explications parfois, ainsi que la biographie de l’illustrateur. 
    Après la lecture de ce recueil, je le conseillerai donc autour de moi, pour s’évader grâce à de courtes histoires vraiment agréables à lire, et pas mal de coup de coeur.
    Je remercie la maison d’édition Argemmios pour cette très belle découverte, ainsi que les différents auteurs pour leur travail sublime.

    « Les Anges Déchus 1: Hush, Hush de Becca FitzpatrickLecture du moment »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :